Manifeste

Contre la censure et pour la solidarité : Manifeste du Comité pour la Liberté d’Expression Scientifique et d’Action de Solidarité Académique avec la Palestine(CLES-ASAP)

Au cours des dernières semaines, la recherche francophone en sciences sociales portant sur le Moyen-Orient et les mondes arabes a été le lieu d’ « intimidations, diffamations et restrictions de la parole scientifique ». Ces événements ont poussé plus de 1500 chercheur·euses et universitaires à dénoncer « ce climat de menace qui engendre peur et autocensure au détriment de la libre expression » et à se positionner pour la liberté d’expression sur la Palestine

Doctorant·es et jeunes chercheur·euses rattaché·es à des universités et institutions de recherche françaises, nous travaillons sur les mondes arabes et/ou musulmans au prisme des sciences humaines et sociales. En réaction à ces évènements, nous souhaitons constituer un vaste réseau d’acteurs·rices du monde universitaire pour défendre les libertés académiques et la parole des chercheur·euses dans le débat public, et apporter notre soutien aux collègues palestinien·nes qui sont particulièrement visé·es. 

Le climat répressif et menaçant, en France et à l’étranger, nous inquiète et rend difficile la prise de parole des chercheur·euses et enseignant·es. La censure frappe particulièrement les chercheur.euses qui mobilisent le prisme colonial pour analyser les conditions d’existence et de résistance des Palestiniens. Par ailleurs, des chercheur·euses spécialistes de la Palestine subissent des attaques sur les réseaux sociaux, marginalisant de plus en plus leurs voix. Censures et intimidations interviennent alors même que le traitement médiatique de la situation considère insuffisamment l’histoire ancienne et complexe de la domination qu’exerce l’État israélien sur le peuple palestinien, à Gaza, en Cisjordanie, à Jérusalem, en Israël, et dans la diaspora. S’ajoute à l’éclipse des travaux scientifiques sur les logiques coloniales israéliennes, une ostracisation des analyses documentées sur les formes de résistances palestiniennes. Nous constatons également que parmi les travaux absents du débat public, la production académique palestinienne est systématiquement ignorée dans les médias et sous-représentée dans les espaces académiques et médiatiques. 

Les actions de solidarités académiques pour la Palestine sont d’autant plus nécessaires à l’heure où les destructions massives et le cours de la guerre ciblent délibérément les institutions et les membres universitaires. Selon l’observatoire euro-méditérannéen des droits de l’homme, depuis plus de 100 jours de l’attaque israélienne, toutes les universités à Gaza ont été intégralement ou partiellement détruites, comprenant l’Université Islamique, l’Université Al-Azhar, l’Université Ouverte d’Al-Quds et l’Université Al-Israa, tandis que les attaques systématiques contre l’ensemble du système universitaire de Gaza  se poursuivent. 451 étudiant·es palestinien·nes et membres du personnel universitaire ont été assassiné·es, dont 94 universitaires. Parmi ces derniers, nous comptons : Nesma Abu Shaira, maîtresse de conférence du département des Beaux-Arts et des arts graphiques de l’Université Al-Aqsa ; Sufyan Tayeh, président de l’Université Islamique de Gaza et l’ensemble de sa famille ;  Refaat Alareer, professeur de littérature anglaise, poète et écrivain et sept membres de sa famille ; Said Alzebda, président de la Faculté des sciences appliquées de Gaza et des membres de sa famille. En Cisjordanie, les universités, dont celle de Birzeit, font l’objet de continuelles vandalisations, attaques et destructions matérielles. 118 étudiant·es et employé·es universitaires sont aussi détenu·es arbitrairement dans les prisons israéliennes.

Contextualiser et analyser : nous souhaitons alimenter le débat public

Notre Comité pour la liberté d’expression scientifique (CLES) et l’action de solidarité académique avec la Palestine (ASAP) convergent avec les luttes anti-coloniales qui traversent les Suds. Nous voulons ainsi nous faire l’écho des études post-coloniales dans nos approches. Le collectif adopte plusieurs clés de lecture pour mettre en avant les approches décoloniales dans différents contextes. Le CLES aura pour vocation de décliner et multiplier ses actions pour rassembler les chercheur·euses et enseignant·es pour la défense des libertés académiques, quels que soient leur horizon disciplinaire et géographique. 

Par cette initiative, nous voulons renforcer le rôle de la recherche universitaire dans la lutte contre la désinformation, et dans la contribution à une meilleure compréhension des phénomènes et des dynamiques qui traversent les sociétés du Moyen-Orient et des mondes arabes. La recherche en sciences sociales a pour objectif d’informer et d’éclairer des réalités au moyen d’outils d’analyses historiques, géographiques, anthropologiques, sociologiques, économiques, juridiques et politiques. Ces outils nous permettent de produire des connaissances et des regards critiques et pluriels sur le monde. 

Déjà plus de 900 chercheur·euses, enseignant·es chercheur·euses, post-doctorant·es, doctorant·es, étudiant·es, Biatss (Bibliothécaires, ingénieur·es, administratifs, technicien·nnes, personnels sociaux et de santé) et ITA (ingénieur·es, technicien·nnes, Administratif) CDD, CDI et fonctionnaires statutaires ont signé un appel pour un cessez-le-feu permanent et la levée du blocus sur Gaza. Nous souhaitons en ce sens continuer d’affirmer notre droit et le droit de chacun·e à exprimer des solidarités à titre individuel et collectif, ainsi que la liberté d’avoir des débats ouverts et constructifs sur les questions actuelles et passées.

Perspectives d’action : 

Veiller au respect des libertés académiques 

→Le comité assurera une veille des menaces à la liberté d’expression scientifique et interpellera les autorités françaises afin qu’elles s’engagent pour la protection des chercheur·euses et des libertés académiques en France, ainsi que celle de nos partenaires académiques en Palestine et dans la région.

Renforcer la visibilité les travaux de sciences sociales dans le débat public

→Le comité centralisera des ressources académiques au sein d’une vaste “bibliothèque critique” actualisée par des chercheur·euses et accessibles à toutes et tous.

Valoriser la parole des universitaires palestiniens

→Le comité souhaite mettre en avant les travaux de chercheur·euses palestinien·nes pour qu’ils soient accessibles au public francophone sous forme de conférences publiques, traduction d’articles ou encore publication de témoignages. 

Diffuser, relayer et proposer des actions de solidarité

→Le comité vise à partager et diffuser les initiatives de soutien aux chercheur·euses menacé·es tout en proposant des actions de solidarité pour défendre les libertés académiques.

Cette initiative est le fruit d’un travail collectif d’un réseau transnational de doctorant·es et de jeunes chercheur·euses. Si vous souhaitez nous soumettre vos et/ou faire participer votre institution, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : Contact-CLES@proton.me

Signataires : CAREP (Centre Arabe de Recherche et d’Études Politiques) ; iReMMO (institut de Recherche et d’études Méditerranée Moyen-Orient) ; EMAM (Équipe Mondes Arabes et Méditerranée de l’UMR Citeres) ; CCMO (Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient) ; BJC GIS-MOMM (Bureau Jeunes Chercheurs) ; La Halqa ; Diwan ; Noria ; AURDIP (Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine)

Illustration : Marine Classis, Falasṭīn ḥurra / Free Palestine, 2023. source : formesdesluttes.org
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search